Avertir le modérateur

18/06/2009

C'est de la faute à Romain

Partant en Bretagne dès cette après-midi, je suis venu en voiture au boulot et je suis arrivé plus tard que d'habitude, donc dans l'incapacité de faire un vrai billet. Oui ! Travailler ou bloguer, il faut choisir. Ce n'est pas en bloguant que je vais payer l'essence Dans la voiture, pourtant, j'avais entendu cette histoire de commission d'enquête parlementaire et j'avais décidé d'en faire un billet, mais je ne savais pas quoi dire. Ma réflexion s'est perdue sur le périphérique et j'ai commencé à imaginer un billet sur les bistros (le Vieux Jacques fait la gueule parce le Kir est passé à 3€90 en terrasse. Il m'a dit "ils ne sont pas près de me revoir". C'est amusant de penser que Jacques puisse croire que les patrons de la Comète - 150 couverts les midis - puisse attendre quelque chose d'un client qui boit deux ou trois kirs tous les soirs et soient malheureux de ne plus les voir. C'est amusant cette façon qu'ont les gens - moi le premier - à s'approprier les bistros et à s'imaginer qu'ils comptent réellement pour les commerçants) mais je n'ai pas le temps de le rédiger (vous avez donc un résumé dans la parenthèse ci-dessus).

En faisant ma revue de blog, je suis tombé sur le billet de Romain qui m'a rappelé mon idée initale de billet et comme je n'avais rien pondu aujourd'hui, j'ai improvisé un billet rapide. Je me suis trouvé à dire que j'étais favorable à l'interdiction de la burqa sans argumenter, j'ai donc voulu finir par une connerie pour dédramatiser d'où l'histoire du survêtement. Je ne sais pas pourquoi j'ai écrit "au Kremlin-Bicêtre" (si, je sais : la manière dont sont vêtus les gens hors de mon champ de vision m'indiffère totalement). Toujours est-il qu'en l'écrivant, je me suis rappelé de l'arrêté municipal interdisant le port du voile dans la commune.

17/06/2009

L'influence des médias !

Tiens ! J'ai été cité par le Nouvel Obs. Rigolo. J'ai 20% de visites en moins qu'hier...

Pas le temps !

Trop de boulot aujourd'hui ! Pas de blogage à part le billet du matin. Amusant de constater, en rentrant à la maison, que j'ai du flux venant de Ségolistes. Ils n'ont vraiment rien compris.

Les notables du 17 juin

Mon réveil est réglé sur 6h45. Ca me permet d’arriver au boulot à 8h15 et de bloguer jusqu’à 9 heures. Je pourrais me lever plus tard et bloguer de chez moi mais l’heure de transport me permet de me sortir la tête du cul. De toute manière, je suis du genre matinal. Le réveil me rend service environ deux fois par an, je suis assez souvent réveillé vers 5h30 ou 6h, ce qui me permet de répondre aux commentaires et de lire les blogs des copains avant de filer, vers 7h à la Comète puis, à 7h15, dans le métro.

Ce matin, le réveil m’a réveillé. Pourtant la soirée d’hier n’avait pas été raide… mais un peu tardive. J’ai discuté avec un gugusse, le grand Loïc, qui ne tardera probablement pas à devenir un héro du blog (il habite entre chez moi et la Comète et n’a aucune raison de ne pas passer devant la Comète tous les soirs…).

Je n’ai donc pas eu le temps de faire mes tâches de blogueur matinal avant de foncer dans le métro. J’avais oublié mon stylo pour faire les mots croisés du journal Métro et je m’étais planté en lançant mon Sudoku sur l’iPhone : j’avais choisi la difficulté supérieure et, ayant fini la première partie largement avant l’arrivée du métro (la ligne 1 était dans les choux, ce matin), j’avais la flemme d’en entamer une deuxième.

Je sais. Ce billet est intime. Mais ce blog doit présenter la genèse des billets… Ainsi, je me suis retrouvé comme une andouille, en retard, sans idée de billet politique et avec des tonnes de réponses aux commentaires à faire et j’en rêvassais dans le métro. Le mot « notable » employé par Didier Goux hier et les commentaires de Tonnegrande me tournaient dans la tête. Il fallait que j’y réponde. C’est dans l’ascenseur, donc deux minutes avant d’ouvrir mon Word pour taper le billet, que j’ai décidé de faire ce billet

16/06/2009

Les billets du 16 juin

Ainsi, j’ai relancé ce blog à midi pour indiquer la genèse des billets… Que s’est-il passé depuis ?

 

Mon billet sur le refus des socialos de boycotter le congrès. C’est simple. L’information est arrivée pendant ma pause repas, je n’avais aucune raison de ne pas faire un billet « coup de gueule » d’autant que j’avais beaucoup parlé du sujet auparavant. Le temps et le sujet : hop ! Un billet. Ca aurait été dommage de louper ça (un tel sujet est toujours « porteur »).

 

Quitte à faire des billets sur les billets, je vais détailler les billets que je n’ai pas faits. Dans la vie d’un blogueur, on se dit parfois : « Putain ! Faut que je raconte ça dans le blog ». Généralement, ça se passe au moment où on devient vraiment accro, vers la deuxième année, mais ça disparaît après. Par contre, il y a des billets qu’on voudrait vraiment faire mais qu’une bonne raison empêche de faire.

 

Sur PMA, vous avez échappé à un billet sur les différences entre syndicats. Ca partait d’une discussion de bistro avec mon copain « l’Elégant » (second rôle de Partageons mes âneries), syndicaliste UNSA, ancien CFDT mais très compétent : juge (ou conseiller ou prêtre, je ne sais plus) aux Prud’hommes. Nous étions d’accord sur la nécessité de dénoncer la retraite à 67 ans et dire que c’est une connerie, mais pas du tout sur la manière… Son argumentation était qu’il comprenait les raisons et les expliquaient et son seul point contre était que les gens n’auraient pas le choix, pour avoir « un revenu ». Il n’a fait aucun lien avec la politique, le chômage, … L’âge de la retraite n’aurait pas été le sujet du billet mais la différence de traitement des sujets entre les sensibilités. Si j’avais fait le billet, les commentaires auraient porté sur l’âge de la retraite pas cette différence…

 

Sur Partageons mes âneries, l’idée de billet m’est venue après avoir publié le dernier billet, ici même. Je me suis dit : « Mais, putain con, tu as oublié de raconter ça ». Par contre, vous avez échappé sérieusement à un billet sur mon repas à la cantine (je ne parle jamais du boulot). Un repas « exotique » était servie et j’étais plié de rire à observer les petites bourges de l’immeuble (bourges, mais elles viennent manger pour 4€ à la cantine) essayer de manger ça selon les rites du pays, en levant le petit doigt… mais en se foutant de la sauce partout. Avec les collègues, on utilisait notre fourchette et notre couteau. C’est plus simple. J’aurais pu en tirer deux A4 à plier de rire.

 

Sur Partageons le reste, vous avez échappé à un billet sur l’Iran et Twitter. Le débat aurait été trop intello pour moi, mais, surtout, évoquer le sujet aurait été à l’encontre de ce que je voulais dénoncer : on en parle trop !

 

J’ai néanmoins fait un billet « pour meubler » en annonçant les raisons qui faisaient que je me débarrassais de 3 followés twitter. Moi-même j’avais été choqué d’avoir été supprimé des followés de certains zinfluents, à une époque, en les traitant secrètement de trous du cul, alors, qu’en fait, comme moi, ils étaient abonnés à trop de twitteurs.

 

 

La génèse des billets

L’idée me trottait dans la tête depuis quelques temps : ouvrir un blog pour indiquer, quand cela est nécessaire, ce qui me donnait l’idée de pondre un billet. Je viens de me rappeler que j’avais un blog moribond : réactivons-le...

L’idée m’est venue quand j’ai vu une critique de mon billet sur l’anonymat, un de ces éternels connards qui pensait que je l’avais fait exprès pour avoir plein de liens… alors que ça m’est venu comme ça, dans le feu de l’action.

Ca m’a titillé également quand j’ai vu les réactions à mon appel au boycott de l’intervention de Nicolas Sarkozy devant le congrès. En fait, je ne pensais pas être « aussi suivi ». J’ai eu l’information sur le machin, je me suis dit : « Tiens ! Encore une mascarade ». Puis « Bordel, il ne faut pas y aller ». Et enfin : « Tiens ! Pour rigoler, je vais lancer un appel au boycott »… C’est uniquement après, en voyant les « contre-arguments » que j’ai pensé que mon truc n’était pas idiot.

Mon billet de samedi, avec tous les liens « La genèse d’un tri ». En fait, ce billet ne devait pas avoir de liens à part sur les trois blogs sélectionnés et les trois premiers, dans l’introduction. Puis, je me suis retrouvé à citer Presse Citron au hasard de ma rédaction, puis Franssoit, puis, entre temps, Eric avait fait son propre classement. J’avais cité mon blog bistro puis le blog de Didier Goux. Je me suis décidé à faire un lien sur Yann Savidan et « des liens bordel des liens ». La machine à liens était lancée, c’est pour rigoler que j’en ai mis une tripotée mais j’ai arrêté car j’avais peur d’oublier quelqu’un…

Mon billet « Retour sur une semaine » m’était venu dans un coin de l’esprit suite à un commentaire de Didier Goux dans lequel il disait regretter avoir été coupé des blogs suite aux élections. D’ailleurs, je le dis en introduction. Du coup, je l’ai totalement improvisé sans y avoir pensé (ce qui me vaut quelques réactions « négatives » de certains commentateurs).

Ensuite, mon billet sur la retraite à 67 ans a été pondu en deux minutes, suite à la lecture du billet qui y est mis en lien pour signifier que j’étais totalement en accord avec le rédacteur. Peu de blogs ont titré sur le sujet et j’ai un « bon pagerank » : ce billet m’apporte pas mal de visites mais ça n’était pas le but ! J’espère qu’Elmone en profitera, c’est lui qui a lancé les débats… C’est ce que j’aime bien, avec Elmone, c’est qu’il aborde tous les sujets que je traitais impulsivement avant de devenir zinfluent.

Ensuite, ce matin, deux billets consécutifs. Seul le dernier « Ils cassent tout » était prévu. C’est le développement du billet de la veille sur la retraite à 67 ans, le développement de mes opinions, celui que j’avais vaguement préparé dans le métro… Mais je l’avais commencé en relayant l’appel au boycott : on ne va pas au congrès pour écouter le président annoncer la poursuite des dégâts… et à force d’à force, j’étais hors sujet pour la casse sociale. J’ai modifié l’introduction : et hop ! Un billet improvisé dans l’urgence.

Sur « Partageons le reste », le dernier billet est une réaction à un billet sur le classement Wikio. En fait, je l’avais lancé pour tourner cette attaque en ridicule (chaque argument est à moitié idiot) mais je l’ai édulcoré car dans la première mouture, j’y allais franchement. Il était drôle mais le taulier aurait pu mal le prendre, ce qui n’était pas le but. Or le gugusse m’est sympathique ! Ce billet donc l’édulcoration d’un autre billet et pas du tout ce qu’il représente.

Un peu avant, sur PLR, mon billet était un prétexte pour faire un lien sur un blog dont le taulier m’avait rendu service sous Twitter.

Sur Partageons mes âneries, la plupart des billets sont promotionnels ou de remplissage… Une période sans inspiration ! Et surtout : j’ai arrêté de parler des starlettes (rendez-vous compte, c’est en lisant le Parisien, hier, que j’ai su les Jonas Brothers étaient à Paris : j’envoie directement les alertes google à la poubelle). Une raison annexe : le Vieux Jacques s’est calmé… Mais… Ca fait un an, aujourd’hui que la nouvelle Comète est ouverte. Ca pourrait m’inspirer (mais j’ai déjà fait un billet en début de mois… sur l’anniversaire de la fermeture de l’ancienne).

28/04/2009

Choisissons nos luttes ! Par principe et par précaution

Ce matin, j’ai reçu un mail d’une joyeuse équipe voulant faire pratiquer le principe de précautions pour les antennes diverses et peu riantes. Christie a reçu le même, semble-t-il ! N’étant pas Don Quichotte, je ne lutte pas contre le progrès technologique (ce qui n’empêche pas aux scientifiques divers de faire des recherches pour tenter de trouver des trucs qui ne nous pas un cancer d’un nouveau genre qui nous fera mourir dans d’affreuses souffrances). Certaines luttes décrédibilisent l’utilisation de ce fameux « principe de précautions ». Un de ces jours, on en rira tellement qu’on développera l’utilisation des OGM !

Choisissons nos luttes ! Je n’ai pas besoin des OGM pour faire le con avec mon iPhone, par contre, j’ai besoin des antennes pour consulter mon compte facebook pendant les réunions au travail.

En Français : de toutes manières, les antennes vont se développer. Ne dépensons pas de l'énergie pour un machin incontournable mais pour faire des progrès. Par contre, les OGM ne sont pas indispensables, ni-même, semble-t-il utiles. Ne nous lançons pas à la poursuite du Grenelle des Antennes, faisant le jeu, ainsi, de la communication gouvernementale.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu