Avertir le modérateur

14/09/2009

Partageons... La révolution

Z’avez vu ? Plein de modifications dans les blogs… Le tout, sans changer ce que j’y mettrai !

D’abord et j’en ai déjà parlé ici, je crois, j’ai réactivé mon compte lepost.fr. Hier, j’ai encouragé les copains faire pareil. Le Coucou, Mathieu, Arf, Homer et Yann s’y sont mis. Vous retrouverez leurs comptes dans mes favoris. Gaël devrait se lancer… Et je vois bien le Faucon rentrer dedans (il aime bien essayer les cochonneries que je lui présente). C’est encore expérimental : aucun de nous ne sait ce que ça va donner. En fait, ça affiche des très gros chiffres de lecteurs, mais on ne sait pas d’où ils viennent.

Les informations de lepost.fr sont de plus en plus citées par les blogueurs : ça ne coûte rien d’y être. Mais attention à ne pas perdre de temps et à privilégier les blogs.

La deuxième modification, j’en ai parlé sur PMA : un nouveau rédacteur pour le blog, pour diffuser des perles. Un des motifs que je n’ai pas cité est d’avoir du contenu sur Partageons mes âneries et Partageons l’Addiction quand je n’ai rien à y mettre (il se passe de plus en plus souvent quatre ou cinq jours sans rien).

Partageons l’Addiction est la troisième modification : j’ai renommé Partageons le Reste. Une révolution. Je ne devrais pas citer mes motivations confidentielles, je vais quand même le faire.

PMA est number one du général. Il va perdre quelques places parce que les blogs « tricot » ont de tels réseaux que je ne veux même pas jouer. Je ne vois pas l’intérêt de développer un réseau de potes uniquement pour se dire « coucou » le dimanche soir…

Les blogs techno baissent au général. Ils baissent réellement. Ils ont perdu beaucoup de « Wikioscore ». Des techniques de blogage changent : on se linke de moins en moins… Moi, je continue.

Partageons le reste « était » neuvième au classement Wikio des blogs techno : j’ai une chance de lui faire prendre racine dans ce bazar sans faire trop d’efforts (de toute manière, les efforts sont sur PMA). Il me faut donc du contenu (des perles !) et surtout un nom qui fasse plus sérieux…

Je lancerais bien la promotion de Partageons mes âneries, mais il n’y a que des copains, devant !

Ah ! Un dernier point : je n’ai aucun complexe à être bien placé dans les geeks. Les contenus proposés par mes confrères ne m’intéressent pas. Par contre, j’ai diffusé, ce matin un billet sur l’économie « gratuite » du web. Hier, j’ai encouragé mes lecteurs à ouvrir un compte sur Lepost. C’est peut-être plus utile pour le commun des mortels que le nouveau format des machins pour avoir des films en haute résolution.

Dernière modification : j’ai mis la blogroll avec mes blogs en haut de la colonne de gauche sur chacun des blogs (après l’avoir édulcorée sur PMAn et PLAd) et mis juste en dessous les « mentions légales » et des bricoles comme ça… (le fait d’avoir un nouveau rédacteur foutait en l’air l’affichage du profil blogger).

08/09/2009

Se faire mousser

Ici : "comme le fait remarquer ce blogeur qui n'est pas Ségoliste beaucoup de réactions ont du être "De quoi se mêle-t-elle, encore ?", mais comme il est le blogueur politique le plus lu il a fait ce que beaucoup devrait faire avant de parler, vérifier."

Vous voyez bien que je suis un blogueur sérieux !

Par contre, je ne suis pas le plus lu, ce qui est bien dommage.

07/09/2009

Week-end de fainéant

Je n’avais pas envie de bloguer ce week-end. Enfin, si, mais pas envie de rechercher un sujet, d’interrompre la sieste, … Pourtant, j’en ai fait des billets ! Mais pas un seul dans les circonstances habituelles… Tiens ! Le dernier sur les algues vertes… Je l’ai fait du bistro, avec le PC du patron, sur un coup de tête. Je me suis dit qu’il fallait le faire avant le JT du soir mais j’avais rendez-vous au bistro à 18 heures.

Pour le reste, la routine, le Wikio, … Ce matin, il y avait trop de sujet dans l’actualité… J’ai donc décidé de faire un billet sur ce thème et je voulais parler de « Doudou ».

A part ça, j’ai étudié nos nouveaux concurrents au « Général Wikio ».

Sur Poppyrose, rien à dire. Elle a lancé un truc génial, par hasard, je suppose. Chacun de ses lecteurs fait un billet pour lui souhaiter un bon dimanche. L’autre, par contre, « Je n’ai rien à me mettre » est plus bizarre. Il ressemble à gigantesque blog collectif où chacun pourrait copier son billet. Rien compris… Allez voir le 28 août : des pages et des pages de billets… et de liens.

 

 

 

03/09/2009

Quand on n'a pas de tête !

Je viens de me rendre compte que j’avais déjà fait deux billets ici ce matin (un normal, l’autre pour raconter la fois où j’ai failli avoir des problèmes avec la justice à cause du blog) mais j’ai oublié de raconter ce que je voulais raconter à l’origine. C’est simple. J’ai réactivé mon compte chez lepost.fr. Je l’ai déjà dit dans un autre blog, mais je n’ai pas dit pourquoi. Je compte y recopier les billets que je juge les meilleurs des autres blogs afin de leur donner plus de lisibilité. En d’autres termes, avec un blog numéro 1 de sa catégorie et deux numéros 9 des leurs, il faut bien que je passe à autre chose, non ? Le seul truc à faire : augmenter le nombre de lecteurs. C’était ça où changer quelque chose aux blogs. Ca aurait été con.

 

La routine

C'est la rentrée ! La routine revient, plus trop de temps pour faire des vrais billets compte tenu du bordel dans le métro... Début de mois oblige : Félicitations aux copains ! Tiens ! Bravo à Eric pour ces deux blogs. Bravo à tous les autres... J'adore cette période un peu neuneu. Ce mois-ci on parle beaucoup de compteurs de visites, d'une part pour tenter d'expliquer les variations et, d'autre part, pour tenter de trouver des explications aux différences entre Google Analytics et les autres (GA donne 15% de moins que sitemeter et beaucoup moins que statcounter).

Blogueur repris de justesse

Il y a une histoire que je n’ai jamais évoquée dans un de mes blogs : moi aussi, on a porté plainte contre moi pour des propos tenu dans un de mes blogs. Je le raconte aujourd’hui car j’ai appris en fin de semaine dernière qu’il s’agissait d’une erreur. Je ne l’ai jamais raconté car je n’ai jamais su de quoi il s’agissait. Juste un pet dans l’eau mais j’ai eu une semaine un peu stressante.

N’ayant jamais vraiment dit de connerie, je n’étais d’ailleurs pas spécialement inquiet et j’imaginais très bien le juge dire au plaignant : « Vous n’avez pas bientôt fini de nous faire perdre votre temps avec des billevesées, bordel ! » Je n’étais pas inquiet puisqu’il est fort probable que j’aurais eu les avocats du PS pour me défendre, voire la direction du PS (François Hollande, à l’époque). J’étais néanmoins tracassé à cause de « la procédure ».

Cela se passait pendant la campagne pour les élections municipales, en mars 2008. Tous les candidats étaient venus me voir, à la Comète, car ils étaient très intrigués à l’idée d’avoir un blogueur zinfluent dans la commune. Tous sauf un. Appelons le Bernard C. Une semaine avant le premier tour, le dimanche, jour de marché au Kremlin-Bicêtre, j’étais à la Comète où un des candidats (celui de la majorité Présidentielle) accueillait les électeurs pour leur présenter son programme.

Mon copain Hervé N., qui se présentait en troisième position sur la liste de gauche qui allait l’emporter (c’était presque sûr), prenait l’apéro avec moi et m’indique que Bernard C. distribuait des tracts juste à côté, au bout du marché. Hervé propose de me le présenter et nous y allons. Hervé fait les présentations. L’autre dit « Vous aurez bientôt des nouvelles de mon avocat » et vaque. C’était une connerie : ça me l’a rendu aussitôt particulièrement antipathique mais, sur le coup, je croyais que c’était juste une menace en l’air, un truc pour me faire peur, pour éviter que je raconte des conneries. Je vaque aussi. Toute la semaine, nous en rigolons, avec les copains. Néanmoins, dans la semaine, j’épluche mes deux blogs politiques (PMA et ici, à l’époque) pour vérifier que je n’avais pas dit de connerie. Je ne trouve rien mais pris par le temps, impossible de lire tous mes billets, vous me connaissez !

Le samedi matin, veille des élections, je décide de faire un tour du marché pour tâter l’ambiance. C’était un très bon prétexte pour aller boire un coup au café de la mairie avec mon copain Michel. Pour éviter de faire deux fois le marché (une à l’aller, une au retour), je décide de descendre par l’autre côté de la Nationale 7 en passant devant les travaux pour le futur supermarché. Je commence donc ma route et je me retrouve bloqué au bout d’une cinquantaine de mètres : les palissades du chantier bouchaient le trottoir. Impossible de continuer ou alors, il fallait marcher sur la Nationale 7, option que j’ai choisie, trop fainéant pour faire le tour… Malgré la faible circulation d’un samedi matin, j’ai eu très peur…

Et je me rappelle ! Trois semaines avant, Bernard C. avait fait un communiqué sur son blog pour dénoncer ça, justement, la mauvaise protection des piétons pendant les travaux. J’en avais fait un billet, ici, pour me foutre de leur gueule : j’y étais passé quinze jours avant et les protections étaient parfaites. « Voila voila » que je me dis « c’est ça qui a déplu à Bernard C. ».

J’avais fait, en effet, des billets pour critiquer son parti, seul parti politique à ne pas intégrer l’alliance de tous les partis de gauche, à Bicêtre et j’avais fait des billets, comme sur les autres, pour dénoncer l’amateurisme de leurs blogs… Et effectivement, CE billet de foutage de gueule, presque limite, et effectivement, presque diffamatoire puisque des travaux avaient été menés entre ma visite dans le coin et la parution du billet.

Je poursuis ma virée et une heure plus tard, en haut de l’avenue Eugène Thomas, je tombe sur quelques membres du PS. Un d’entre eux, qui bosse « où il faut pour savoir ça » (désolé, je ne suis pas juriste), me dit que la plainte avait été déposée le vendredi soir, avant que le « machin où il bosse » ferme.

Les copains du PS avaient déjà réfléchi à mon cas et m’ont expliqué que la plainte avait été déposée uniquement au cas où elle puisse servir à invalider l’élection et qu’elle serait retirée dès le lundi. Ca a d’ailleurs été le cas !

Pour résumer, si le candidat aux Cantonales ou la liste candidate aux Municipales avait loupé un seuil nécessaire, par exemple, pour pouvoir se maintenir au second tour ou avoir un élu supplémentaire, la plainte aurait servi de base pour un recours. Je dis ça au hasard : imaginons qu’aux cantonales, un candidat puisse se maintenir au deuxième tour avec 10% des voix et qu’il obtienne 9,8%, la plainte aurait pu servir à invalider le scrutin.

Il n’y avait aucun risque. Par ailleurs, il se trouve que le KB est la dernière grande ville aux mains d’un membre du parti de Jean-Pierre Chevènement. Le PS n’aurait pas aimé qu’on lui cherche des noises. Il est probable que François Hollande aurait appelé le patron du parti politique en question pour lui dire : « heu, faites pas chier, bordel ».

Dès le lundi matin, l’affaire était devenue une farce ! Il n’empêche que pendant 48 heures, j’ai eu une dose de stress amusante… La plainte n’était en faite qu’une manœuvre politique, déposée avant le scrutin mais trop tard pour qu’elle soit traitée ! Une simple farce. Je n’ai même pas eu le loisir de la raconter dans le blog : je n’ai jamais su sur quoi elle portait. J’en ai parlé une fois avec les left_blogs pour leur dire de se méfier d’un des blogueurs qui se plaignait d’avoir reçu une plainte par mail. C’était encore probablement une vile tentative d’intimidation et il est probable que le blogueur en question voulait juste qu’on parle de son affaire pour le faire monter au Wikio !

Toujours est-il que j'ai jamais pu en parler à personne d'autre car je n'ai jamais su de quoi il s'agissait !

Mardi 25 août 2009, près de deux ans après les faits, j’étais au comptoir de la Comète avec Tonnegrande quand un grand type charmant est venu nous saluer. Je ne le reconnais pas et il sort du bistro, bientôt suivi par nous, qui avions décidé d’aller boire un coup à l’Amandine qui avait rouvert ce jour-là, après les congés. Mon grand type monte sur son scooter juste à côté de nous et je vois un autocollant de son parti politique. C’est là que ça me revient ! Mon « Bernard C », celui qui avait porté plainte contre moi. Je l’aborde donc : « Ah ! Excusez-moi, je ne vous avais pas reconnu, je ne suis vraiment pas physionomiste ! », ce qui est d’ailleurs la stricte vérité. Lui : « Ah ! Mais ce n’est pas grave, j’ai déposé un commentaire sur votre blog, l’autre jour, il faudra qu’on discute de l’Europe... » Je ne l’avais pas vu et le lui dis, il me dit que « si si, je suis sûr ». Comme je reçois beaucoup de commentaires, il était très possible que celui-ci m’ait échappé. « Oui, à votre disposition pour discuter, vous savez où me trouver, hein ? » « Oui, au revoir » « Au revoir ».

Tonnegrande et moi étions pliés de rire : j’étais réconcilié avec « le plaignant ». Ceci n’a pas amélioré l’image que j’ai des politiciens…

Mercredi 26 août. Même lieu. Mon copain Martin, autre blogueur politique de Bicêtre se pointe et nous papotons. A un moment, il me dit « Tiens ! Bernard C. a commenté chez moi, il veut me voir pour qu’on parle d’Europe ». Je lui raconte l’histoire de la veille.

Jeudi 27 août. Célèbre date dans la blogosphère. Je fouille le blog de Martin et je tombe sur le commentaire en question, à un très vieux billet. Un billet effectivement assez méchant contre Bernard C. qui aurait peut-être justifié une « plainte ».

Il aurait trouvé amusant, le juge, de me juger pour des propos que Martin a tenu sur son blog !

Jeudi 27 août. Le soir. Les blogueurs commencent à arriver. Bernard C. aussi. Je lui explique…

 

30/08/2009

De Sup de Co au bistro

Avec ces soirées de blogueurs, je n’ai pas vraiment blogué : mon cerveau n’avait plus de temps disponible pour penser à autre chose. Mercredi avec Gaël et Patrice. Jeudi avec toute la troupe. Vendredi avec CC et Trub. Néanmoins beaucoup de choses à dire. Des sentiments à exprimer.

D'abord, j’ai été pris par un coup de tension, mercredi après-midi. Poitrine un peu oppressée, le nez bouché, du mal à respirer… Ca me prend de temps en temps, pas assez fréquemment pour que je m’inquiète. Je ne sais pas ce qui a été l’élément déclencheur, peut-être l’annonce par CC et Olympe que des journalistes de Bakchich avaient pris contact avec elles. Non pas le fait que la télé allait venir (pas TF1…), ce que j’ai assez facilement réussi à éviter pour conserver l’anonymat de ceux qui le souhaitent, mais peut-être que cette histoire prend trop d’ampleur (deux passages à la radio, un article dans le Parisien…).

Il y avait aussi la hâte de me barrer, de voir Gaël enfin plus longtemps que le temps d’attendre le départ de son train, le ras le bol du boulot alors que je pensais à autre chose. Dès que je suis monté dans le métro, le stress était tombé.

Le lendemain, le jour de la fête, j’avais un tas de boulot, des réunions, le hasard a ainsi fait que j’ai totalement oublié les blogs, ne consultant ma messagerie que pour voir si j’avais des réponses à apporter à ceux qui se posaient des questions cette cérémonie.

Au début de la soirée, Guy est arrivé. J’ai eu un double stress. Le premier est idiot mais j’avais une « personnalité » à ma soirée ! Il fallait que je m’en occupe. Tout ce que j’avais à faire était de lui offrir une bière mais aucun serveur n’étais disponible, le monde qui continuait à arriver, tout le monde à saluer et un serveur à trouver… J’ai réussi. C’est Guy lui-même qui a compris mon état à la con. Il s’est foutu de ma gueule, en me prenant par l’épaule : « je suis vachement fier d’être avec toi, le numéro 1 ! ». J'ai éclaté de rire, je l’ai traité d’andouille, mon stress était tombé.

Le deuxième stress, j’ai tenté de l’expliquer sur PMA. Il y avait du monde, la soirée était une réussite, j’avais gagné. Ma blogosphère était la bonne : celle des copines et des copains, dans un bistro de banlieue, avec des provinciaux. En quelques années, ma blogosphère a effectué une mutation, passant d’un outil de communication pour consultants en cravate et pour éditorialistes tristes à une grosse soirée de fin d’été entre copains… La présence de Guy en a été la confirmation, lui qui était un des rares trublions parmi les zinfluents de naguère. Même si, comme je l'ai dit ailleurs, il avait un tas de bonnes raisons pour venir, ne serait-ce que passer une bonne soirée, fin août, avec des gens qu'il connaissait.

J’étais donc sur un nuage : tout allait bien. J’suis con, ça me stresse.

Le lendemain, j’ai fait mon premier billet de compte rendu. Je l’ai raté. Il faut dire qu’on s’était couché à quatre du matin avec à peu près autant de grammes…J’étais bien décidé à recommencer le lendemain, ce que j’ai fait, mais avec la tuile arrivée à Guy, mes mots étaient partis. Je voulais rebondir sur le billet de Yann qui se fout aussi de ma gueule puis embrayer, bien décidé à… Heu… Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je m’en fous.

En rédigeant le premier compte rendu, en écrivant la conclusion « La Comète est magique », j’en avais la larme à l’œil (mon taux d’alcool dans le sang n’était pas redescendu à 0, faut dire). Le plus drôle, c’est que ça a duré longtemps (j’avais oublié de rebrancher le portable sur le secteur et la batterie est arrivée à bout : il a fallu que je rédige une deuxième fois la conclusion).

A la fin de la soirée, les gens sont sortis et ont retrouvé la terrasse où ils ont pu boire le dernier verre. Ils étaient détendus, ils étaient contents. Moi aussi. La Comète est magique.

Du coup, j’ai repris une bière.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu