Avertir le modérateur

08/10/2008

Pensées de crise

« Soumission à la fatalité de la crise » : telle est l’expression employée par une personne interviewée sur France Info vers 7h45, ce matin. Je l’ai trouvée très juste.

 

Pour ma part, je suis né en 1966. Quand j’ai commencé à avoir l’âge de regarder le JT avec ma grand-mère ou d’ouvrir les esgourdes quand la radio parlait dans la voiture quand on partait en vacances, on ne parlait que de ça : la crise économique, la hausse du pétrole, la hausse du chômage, …

 

De toute ma vie, je n’ai jamais entendu que ça… et des promesses de candidats à la Présidence de la République, disant qu’il allait nous tirer de là, faire baisser le chômage à 5,5%, inventer une énergie propre, renouvelable et pas chère, …

 

La fatalité de la crise : je suis soumis.

 

Pendant cet interview, c’est aussi le journaliste qui a eu une jolie expression en posant une question, quelque chose comme : « La chute du mur de Berlin a révélé la fin d’un dogme : le communisme. Croyez-vous que la chute de la bourse, la crise actuelle, marquera la fin du dernier des dogmes, le libéralisme ? ».

 

Enfin, un peu avant, un président Africain était interviewé. Je ne sais pas qui, j’ai allumé la radio après le début de la séquence, mais il avait un « accent significatif » et le journaliste a fini l’interview par un « je vous remercie Monsieur le Président ». Le journaliste avait demandé au « Président » si la crise allait affecter l’Afrique. Le Président a alors rétorqué que Non ! Il s’agit d’une crise de riches.

Commentaires

Ah j'y pensais récemment à cette notion de crise. Depuis la crise pétrolière fictive de 1973, on nous la sert tous les 5 ou 8 ans et toujours un type en costume de zorro politique (qui avance masqué donc !) nous annonce qu'il va s'en occuper et nous apporter de l'eau fraîche, du travail et de l'amour à tous les étages.
Je me demande si on ne nous fabrique pas de la fiction permanente...
:-))

Écrit par : Monsieur Poireau au CDI ! | 08/10/2008

En tous cas, ton billet amène un peu de fraicheur naïve bienvenue à l'occasion de cette matinée où je suis d'humeur badine.
j'me comprends j'me comprends

Écrit par : elmone | 08/10/2008

Poireau,

La "crise" est effectivement probablement entretenue pour lutter contre l'inflation en limitant les revendications des salariés.

Elmone,

Je te comprends ! Ca m'a fait la même impression en écoutant les trucs à la radio pendant que je machais, dans mon crâne, mon billet de ce matin.

Écrit par : Nicolas J | 08/10/2008

On voit tout de suite le mec qui a écouté le journal de France Culture ce matin à 8 heures. Et le président africain, c'est évidemment (héhé !) Abdoulaye Wade !

Écrit par : Julien | 08/10/2008

Je n'écoute pas France Culture le matin (ni le soir d'ailleurs). Et c'était Bongo. Je publie mes billets rapidement pour de sombres questions, mais je vérifie mes sources ensuite.

Écrit par : Nicolas J | 08/10/2008

Ah bon ? Parce qu'Abdoulaye Wade, qui était aussi interviewé sur France Cu (Bongo, c'est hors service public...), a répondu exactement la même chose: la question était "pensez-vous que c'est une crise de riches".

Et comme ce monsieur est un libéral admirateur des pays riches, il a un répondu, je crois, "un peu" ou "en partie"...

Écrit par : Julien | 09/10/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu