Avertir le modérateur

21/05/2008

Delanoë, libéralisme, mots

Sur PMA, j’avais fait un billet pour relayer l’appel de Valério Motta pour un peu de courtoisie dans les blogs politiques. Pas plus tard qu’hier soir, j’ai fait un billet pour expliquer ma position.

Avec la sortie du bouquin de Delanoë et le libéralisme, je commence presque à le regretter. Les copains Ségolistes vont pouvoir s’en donner à cœur joie ! Moi pas. Je ne suis pas Ségoliste. Ni Delanoiste. Ni rien d’ailleurs. Même pas Aubryiste.

Néanmoins, je vais revenir sur mon billet d’hier soir. Je remerciais Marc Vasseur pour son début d’explication sur les « courants » au sein du PS (« courant » n’est pas le bon terme car il renvoie aux vieux courants traditionnels mais je n’en ai pas d’autres en stock et j’ai la flemme de foncer chez Carrefour en chercher). Cette histoire de libéralisme me rappelle que les politiques ont un peu trop tendance à jouer avec les mots. Je sors de chez CSP où il raille le mot « libéralisme ». C’est comme l’autre jour, l’histoire de savoir si oui ou non les socialos avaient accepté l’économie de marché.

Jouer avec les mots ? Ou sur les mots ?

Ben ouais. Le libéralisme n’est pas qu’une théorie économique mais porte sur tous les sujets de sociétés.

Je conchie avec un certain plaisir le libéralisme économique et sa célèbre « loi du plus fort » qui consiste à laisser sur le trottoir les trois quarts de la population pour le seul bien être de ceux, ne crachons pas sur les mots, qui ont le plus de pognon. On pourrait même dire les héritiers pour faire hurler encore plus ceux qui se revendiquent du libéralisme… Pourtant On est bien dans une société où, pour s’en sortir, il faut avoir de la chance ou plein de blé… ou marcher sur la tête des copains.

Ou travailler ? Non ! Même pas. Si on fait 35 heures par semaine au SMIC on gagne 1000 euros… avec 40 heures, on en touche 1200 : ça ne suffit pas à sortir du trottoir. Le « travailler plus gagner plus » n’est qu’un leurre grotesque, la question n’est pas là.

Retournons jouer au loto.

Il n’empêche que dans le libéralisme, il y a aussi le mot « liberté ». Par exemple, j’ai la liberté de diffuser ce billet sur une plate-forme qui permettra de le rendre lisible dans le monde entier !

Et je ne crache pas, non plus, sur l’économie de marché qui me permet, par exemple, d’avoir cette plate-forme de blog gratuite pour partager mon avis. En fait, de mettre en concurrence deux plates-formes de blogs gratuites, mais je suis un peu tordu.

Je crache sur le « libéralisme économique » ce machin qui voudrait rendre libre de payer des impôts et supprimer le rôle et les moyens de l’état en s’en foutant royalement de l’intérêt général et du bien être de chacun !

Je vais donc lancer moi-même un appel : arrêtez de jouer avec les mots.

Arrêtez de tomber sur Delanoë avant même d’avoir lu son bouquin dès qu’il parle de libéralisme. Ou alors tombez aussi sur Ségolène Royal quand elle inscrit dans un projet de gauche le fait de faire encadrer les mineurs délinquants par des militaires.

Mais pas trois jours après avoir relayé l’appel de Valério.

On a mieux à faire que de jouer sur les mots : on a un monde meilleur à imaginer… et des élections à gagner.

Commentaires

pour rappel fillon a sorti la semaine dernière qu'il se réjouissait que l'idéologie libérale avait gagné... maintenant va falloir expliquer aux electeurs en quoi le "libéralisme" de delanöe est différent.

Donc qui joue avec les mots ?

Écrit par : marc avasseur | 21/05/2008

Marc,

Crois-tu qu'hurler dans le poste aux électeurs du monde entier un antilibéralisme fera gagner des élections nationales ?

Ou sont les militants PS, les blogueurs, les chefs, pour répondre à Fillon qu'un monde qui expulse les gens (et nuit donc à la liberté de circuler), qui installe des caméras ou des radars partout, qui supprime l'impôt sur l'héritage (et donc le fondement du libéralisme : c'est la valeur de l'individu qui fait sa force, pas le pognon qu'il a au départ), et j'en passe n'est pas de l'idéologie libérale.

Mon "ne jouez pas avec les mots" s'adresse à tous, y compris à Delanoë qui n'a pas nécessairement raison de déclencher une polémique.

Écrit par : Nicolas J | 21/05/2008

Jegoun, dans mes bras. Je ne dis pas autre chose ici :
http://antoine.besnehard.over-blog.org/article-19759626.html

Marc,
Au lieu d'enculer les mouches, il vaudrait mieux démonter le discours de la droite. Fillon n'est pas libéral, il ne veut qu'engraisser le capital. C'est pas pareil.

Écrit par : Antoine | 21/05/2008

Au lieu d'enculer les mouches... marrant... j'ai un peu l'impression que toi tu encules les mouches avec ton positionnement sur l'axe suis je ou pas libéral... franchement je m'en branle profond. car en l'occurence je ne le suis pas.

je ne me définis pas pour ou contre... il est là... point barre.

Écrit par : marc | 21/05/2008

Antoine,

Merci ! Mais je n'arrive toujours pas à accéder à ton blog... (je te lis sur Cozop : tu n'as pas un lien ?).

Pendant la campagne présidentielle, j'avais fait un billet reprenant une étude menée démontrant que le Pacte Présidentiel de Ségolène Royal était par bien des aspects beaucoup plus libéral économiquement que le projet de Nicolas Sarkozy (sur les droits de succession, les PME, l'investissement, ...).

Écrit par : Nicolas J | 21/05/2008

@jegoun
A c'est toi, mon lecteur Cozop ? :-)
Je ne sais pas pourquoi ça bloque comme ça. C'est la même plateforme que MarcVasseur. Peut-être un script qq part ?
T'as essayé http://cozop.com/ant/non_liberal_est_pas_un_gros_mot ?

Écrit par : Antoine | 21/05/2008

Marc,

Pour ta réponse à Antoine : c'est toi qui en a fait un billet !

Antoine,

Merci pour le lien.

Pour ton blog qui ne passe pas, ne cherche pas, c'est chez moi (au bureau mais chut !). Je viens de trouver ! Tu as "hard" dans ton nom de famille !

Écrit par : Nicolas J | 21/05/2008

Critiquer le libéralisme, pourquoi pas. Mais il faudrait quand même savoir de quoi il s'agit.

Le libéralisme consiste à dire que chacun est libre de faire ce qu'il veut du moment qu'il ne porte pas atteinte à la personne physique, aux libertés, aux biens des autres individus.

Vous êtes contre ?

Écrit par : Le Champ Libre | 21/05/2008

Je ne suis absolument pas contre.

Remettre en cause la sécurité sociale en temps que truc obligatoire et accessible à tout le monde revient à remettre en caus les personnes physiques les plus faibles et les plus démunies.
Remettre en cause les transports en commun public est une atteinte aux libertés des autres de se déplacer.

Écrit par : Nicolas J | 21/05/2008

Vous êtes donc plus libéral que vous ne le croyez.

Écrit par : Le Champ Libre | 21/05/2008

Pas du tout ! Je sais à quel point je suis libéral ! Et à quel point je ne le suis pas.

Tu n'as pas du lire mon commentaire...

Écrit par : Nicolas J | 21/05/2008

Nicolas : sur le PS on est d'accord !
Et finalement, sur le libéralisme, on ne doit pas être loi non plus !
:-)

Écrit par : monsieur Poireau | 21/05/2008

Fildepoireau,

Je crois qu'on est totalement d'accord. Sur un immense paradoxe : nos collègues de gauche apportent de l'importance aux mots en tant que politiciens alors que, nous, on apporte de l'importance aux mots en tant que blogueurs.

Et ils ont tort.

Écrit par : Nicolas J | 21/05/2008

Je partage ton avis!
Un liberal (sans accent, en anglais), c'est quelqu'un de gauche. Liberal au sens des moeurs.

Écrit par : Eric | 21/05/2008

Eric,

Explique le au reste de la bande qui ne pense qu'à jouer sur les mots et à vouloir démontrer aux citoyens Français que le prix de la baguette de pain devrait ne pas être décidé par un boulanger mais par un cabinet ministériel.

Essaie aussi de leur expliquer qu'avec leurs conneries, la gauche n'existe plus que comme alternative à la droite.

Écrit par : Nicolas J | 21/05/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu