Avertir le modérateur

19/05/2008

D'une poubelle vers la prison

Ce matin, j’étais encore dans mes poubelles. Tout en espérant trouver mieux comme pitance que ces éternels produits de Commercy, ville natale de Roger Proust et Jean-Marc Ayrault, je rêvassais ! Quelles nouvelles âneries allais-je pouvoir trouver pour poursuivre ma vague fiction entamée vendredi ?

C’est alors qu’apparut, ma copine Fiso, maintenant mère supérieure du couvent Notre-Dame de Christine Lagarde.

Elle était paniquée.

Elle me dit : « Tonnégrande a rouvert son blog, je ne sais pas où il a trouvé un PC et un accès internet, mais il l’a bien fait. Son dernier billet est totalement schizophrène ». Elle l’avait imprimée et me tendit le papier.

J’étais pétrifié, autant par l’émotion de relire un billet de blog après tant d’années loin de tout ça que par les propos de mon ami de trente ans.

Il refaisait le monde en occultant totalement cette période de sa vie. Je vais revenir dessus. Vendredi j’écrivais : « Lui, c’est sa bonne femme qui l’a viré. Acharné de blogage, qu’il était. Nuits et jours, il pondait des billets, pondait des billets, pondait des billets. Au moins la moitié était consacrée aux rousses plantureuses, croisées au hasard de son errance sur la toile ».

J’ai menti, ce qui est très fort dans une fiction. Il a effectivement été viré par son épouse mais c’était après avoir fait subir à sa famille la honte d’un procès pour abus sexuel sur personne mineure dépendant de son autorité.

Il pondait des billets, disais-je ? Puisque son blog semble toujours exister, vous pouvez aller vérifier. Ca se passait en mai 2008. Je me rappelle très bien de cette époque, vous allez voir, tout se recoupe. En cette période, j’étais plus préoccupé par mon pote Balmeyer qui focalisait sur ses rencontres hasardeuses avec des hommes nus, dans des lieux loufoques, comme une centrale nucléaire.

 

Tonnégrande ne pensait qu’aux rousses, mais préoccupé par Balmeyer, je ne m’étais pas inquiété d’une dérive possible. Ce qui devait arriver arriva. Tonnégrande, éducateur de son état, eu, parmi les enfants dont il avait la charge, une jeune rousse de 16 ans. Tous les soirs, il m’en parlait. Je pensais qu’il plaisantait ou qu’il était victime de l’arrivée du printemps avec toutes ces jeunes qui s’habillent de plus en plus légèrement.

Un jour, on ne le vit plus au bistro le soir. On pensait qu’un homme tel que lui était surchargé par ses responsabilités professionnelles et conjugales ne trouvait plus le temps de passer de sympathiques instants avec nous. Nous regrettions juste son absence, son humour légendaire et son infinie culture nous manquaient.

Un jour, vers le 25 mai, je crois, en prenant le café le matin, je feuilletais le Parisien, accoudé au comptoir de la Comète quand ce titre accrocha mes yeux : « Le Kremlin-Bicêtre Plage : un éducateur mis en examen pour viol sur mineur ». La lecture de l’article m’appris qu’il avait passé plusieurs jours en garde à vue puis en préventive. Le procès allait commencer dans les prochains jours.

Je suis allé le voir à Fleury-Mérogis sur Orge, mais nous nous sommes engueulés. Je lui avais amené des oranges, comme c’est l’usage, mais il m’a répondu « Connard, tu aurais mieux d’amener une bouteille de Côtes-du-rhône. ». Je ne suis pas rancunier, ce n’est pas un léger différent qui va interrompre une si belle amitié. Je suis même allé au procès, témoigner de sa moralité sans faille.

Ah ! Ce procès ! Faire la Une de l’information tous les jours pendant deux semaines… Tout ça pour une condamnation somme toute assez légère. L’avocat, Maitre Aloès, était très fort. Sa réquisition était parfaite. Le clou a été atteint quand il a demandé à Tonnégrande de baisser son pantalon et a harangué le jury : « Mesdames, Messieurs, je vous en conjure, vous devez pardonner les pulsions d’une personne si sympathique et si parfaitement membrée ».

Il est donc sorti de prison quelques années plus tard et a été viré par sa femme, la pauvre.

Alors aujourd’hui, à la lecture du nouveau billet de Tonnégrande que m’a apporté Fiso, je suis circonspect. Il prétend avoir profité de l’homosexualité naissante de Balmeyer pour avoir une liaison avec son épouse. C’est grotesque : pendant toute cette période, il était en prison.

En outre, il prétend avoir à présent une nouvelle liaison avec Ellie. Or tout le monde sait que cette liaison date de cette tumultueuse période vers mai 2008. Elle l’avait d’ailleurs pistonné pour la catégorie 4 du concours qu’elle avait lancé, alors que la palme aurait du revenir à Franssoit.

Que pouvons-nous faire pour le sauver ?

Commentaires

Excellent ! plié de rire. Après "Partageons mes anneries", et les conneries passées, ça c'est les conneries à venir. C'est du bistro d'anticipation. Encore !

Écrit par : balmeyer | 19/05/2008

Morte de lol !

Écrit par : Zoridae | 19/05/2008

Merde Font et Val se reséparent !

Écrit par : Gaël | 19/05/2008

Quand je pense que ce blog est 53ème blog politique (de mémoire et quand ça marche)...

Écrit par : Nicolas J | 19/05/2008

Y a qu'à l'empailler, lui coller une ceinture de bananes autour du membraque et le foutre au musée des Arts dits "premiers" !

Écrit par : Didier Goux | 19/05/2008

Au prix où la paille !

Écrit par : Nicolas J | 19/05/2008

PT de mdr


(On n'y voit rien dans ce formulaire)

Écrit par : Ellie | 19/05/2008

Merci !

(ce formulaire est parfait, pourquoi ?)

Écrit par : Nicolas J | 19/05/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu